Ex-Alterway : Smile doit compenser la perte de salaire net en passant au forfait jour

Revendication porté par la CGT Smile pour la compensation de la perte de salaire net des salarié·es ex-Alterway sur la proposition de signer l’avenant ARTT de Smile

Rapide historique et état des lieux

Suite au rachat par Smile de la société Alterway, une harmonisation est effectuée par la Direction de Smile en proposant aux ex-salarié·es d’Alterway passé chez Smile de signer un avenant afin d’appliquer l’accord d’entreprise sur le temps de travail de 2011.

Tout d’abord un rapide historique :

  • Octobre 2021 : Annonce du rapprochement Smile x Alterway aux salarié·es d’Alterway.
  • Janvier 2022 : Passage des salarié·es Alterway (Digital / Continuity) chez Smile.
  • Décembre 2022 : Présentation de l’avenant forfait jour aux salarié·es avec indication que la signature doit être effective pour le 31 décembre 2022.

La CGT Smile rappelle qu’il n’y a aucune obligation pour les salarié·es de signer cet avenant. La Direction leur a présenté la signature comme nécessaire avec une date butoire.

Les salarié·es ont identifié une perte non négligeable de salaire net allant de 50 à 100€ mensuel dans le cas de l’application de l’ARTT1 de 2011 les faisant passer au forfait jour.

Différence salariale entre forfait heure et forfait jours pour les ex-salarié·es d’Alterway chez Smile

Le forfait heure chez Alterway est composé de 35h payées à 100% + 3h supplémentaires payées à 125% et 1h transformée en RTT.

Les salarié·es Alterway au forfait heure bénéficient de 5 RTT dont 2 RTT employeur.

Le passage au forfait jour pour les ex-salarié·es d’Alterway n’impacte pas leur salaire brut, mais provoque une perte de salaire net, notamment du fait de la disparition des heures supplémentaires majorées.

Les salarié·es concernés n’ont de fait aucun intérêt à signer un avenant les faisant perdre du salaire net.

C’est pourquoi il est dans l’intérêt de Smile de revoir leur proposition de signer un avenant en l’accompagnant d’une augmentation compensatoire.

Après une analyse précise de l’évolution de chacun des salaires des salarié·es concernés, nous avons identifié qu’il faudrait une augmentation à minima de 2,78% du salaire brut pour compenser la baisse du salaire net.

Bien évidemment nous nous tenons à disposition pour présenter les calculs.

Revendication collective portée par la CGT Smile

La CGT Smile défend l’idée d’un travail correctement rémunéré, que ce soit sur un salaire brut ou net.

Puisque le salaire brut comprend un salaire socialisé, et le salaire net impacte directement la qualité de vie du travailleur.

Or avec la proposition du passage des 35h au forfait jour de la Direction Smile, cela provoque une baisse directe du salaire net pour le salarié·e. Cela n’est pas acceptable puisque cela serait subi.

Par conséquent nous revendiquons le maintien du salaire net en augmentant le salaire brut de 2,78% pour chacune des personnes ex-salarié·es Alterway s’étant vu proposé de signer un avenant forfait jour (suivant l’ARTT de 2011). Y compris pour les personnes ayant déjà signé l’avenant.

Cette augmentation doit être décorrélée des augmentations annuelles, et ne doit en aucun cas avoir de conséquences sur les futurs augmentations.

  1. Accord de Réduction de Temps de Travail (dit Accord d’Aménagement de Temps de Travail, ou Accord Forfait Jour)

1 Comment

  1. Bonjour,
    La Direction souhaite apporter plusieurs précisions sur cette publication: une première réunion s’est tenue le 2 décembre 2022 avec les salariés ex-Alter Way afin de leur présenter l’avenant de passage au forfait-jours qui allait leur être envoyé.
    Il a très clairement été expliqué que pour les salariés qui souhaitaient passer au forfait-jours dès le mois de janvier 2023, il était nécessaire de retourner l’avenant signé avant le 31/12/2022.
    Nous n’avons en revanche jamais affirmé que la signature de cet avenant était obligatoire.
    De plus, les RRH se sont rendues à l’agence de Lille courant janvier 2023, et à cette occasion une nouvelle réunion a été organisée, au cours de laquelle nous avons rappelé que les collaborateurs étaient libres de signer cet avenant à la date de leur choix.
    Il est donc faux de soutenir que la Direction a imposé la signature de cet avenant, et à plus forte raison à une date déterminée.
    Bien cordialement

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*