Négociation handicap 2022 – 2ème réunion

Nous avons eu notre première réunion de négociation le 20 mai.

C’était une réunion assez pauvre, car la Direction n’avais pas préparé de proposition de leur côté et n’avait pas lu les nôtres, du coup c’était plutôt succinct.

Il nous sera transmis prochainement les propositions de la Direction.

Pendant la réunion

Malgré que l’on ait eu peu d’infos, nous avons tout de même retenu quelques éléments, comme la volonté de faire des olympiades.

C’est sympathique mais nous considérons que ce n’est pas très sérieux comme traitement du sujet du handicap.

Autre déclaration, assez surréaliste :

“Il ne faudrait pas en faire trop, car cela pourrait créer des avantages inégaux”.

Sérieusement !? Permettre aux travailleurs et travailleuses en situation de handicap d’accéder à des compensations lié à leurs situation serait vécu selon la Direction comme des “avantages inégaux”. Visiblement nous n’avons pas la même conception de faire société.

Après la réunion

Éléments d’analyse

Nous avions demandé les données que nous avions calculé dans notre document revendications.

Il s’avère que les sanctions économique de Smile sont pire, à savoir nous avons reversé à l’AGEFIPH:

  • 2019 : 236 687.94 €
  • 2020 : 242 397.27 €
  • 2021 : 232 825.12 €

Nous avions pointé des manques dans les procédures d’obtention de matériel pour les personnes en situation de handicap, car parfois elles devaient attendre plusieurs mois pour obtenir le contenu demandé par l’ordonnance de la médecine du travail.

La Direction nous indique que :

Aucune procédure spécifique dédiée aux salariés RQTH à date

Aucun référencement sur l’accessibilité des différentes agence Smile en France n’existe, c’est en cours suite à nos remarques.

Propositions de la Direction

La première chose que nous informe la Direction c’est :

Dans un premier temps, l’objectif n’est pas d’obtenir un accord agréé1 mais plutôt de s’emparer du sujet, de mettre en place et de valoriser les bonnes pratiques existantes et de communiquer.

Nous trouvons ça fort d’ouvrir une négociation et de dire qu’on ne souhaite pas aboutir à un accord…

Ils complètent avec:

Nos objectifs sont simples :
– Sensibilisation,
– Information,
– Communication,
– Recrutement et intégration.

Nous souhaitons :
– informer les salariés sur les actions mises en œuvre, les acteurs qui peuvent les conseiller. Cela peut aussi permettre à des personnes en situation de handicap de se déclarer ou d’enclencher des démarches administratives pour la reconnaissance de leur handicap.
– renforcer l’attractivité de l’entreprise auprès de potentiels collaborateurs en situation de handicap.
– Mise en place d’un Guide permettant d’accompagner les collaborateurs.
– Actions côté recrutement,
– Actions côté MG,
– Actions côté RH :
    – Sensibilisation dans le cadre d’Events,
    – Procédure pour la dotation de matériel  spécifique.

C’est vide de sens… « renforcer l’attractivité », oui mais comment ? Il ne suffit pas de faire des incantations pour que ça se réalise. Il faut de vrais actions concrètes et mesurables ! (Comme celles que nous proposons).

« Action côté MG ou RH », quelles actions ?

Bref, c’est creux…

En suite ?

En premier lieu il faut rappeler ce qui a été dit lors de la première réunion de négociation.

On avait bien insisté sur le fait qu’il faut débloquer un budget pour mettre en place de vrais actions. Actions qui permettront d’améliorer l’embauche et donc diminuer la contribution à l’AGEFIPH.

La direction était d’accord sur le principe de ce budget.

Or on remarque bien que cet engagement disparaît avec leurs propositions.

La Responsable des Relations Sociales, interlocutrice des négociations,quitte l’entreprise, et sera remplacée par une nouvelle personne.

Donc que vont devenir ces engagements ?

Nous n’avons pas de date pour les prochaines réunions, mais l’UNSA et la CGT sont scandalisé avec la légèreté et l’indifférence avec laquelle la direction traites ces négociations…

  1. L’accord agréé permet à une entreprise de s’acquitter de son obligation d’emploi de travailleurs handicapés en adoptant un programme favorisant l’emploi de ces travailleurs

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*